Faites de la musique!!!

Dans le concept, je pensais qu’il s’agissait de promouvoir les divers talents artistiques de nos concitoyens, en leur permettant de s’exprimer par le biais d’instruments musicaux ou vocaux…

 

Je suis tombée de bien haut!

 

Pour la première fois depuis mes années lycée, j’ai fait un tour en ville, profitant du soleil impromptu entre nos journées d’orages, promenant mes deux marmots de rues piétonnes en places au centre ville. L’heure H ne devait pas avoir sonné:aucun musicien, aucun groupe de « djeuns-à-guitare », la ville bruissait de la foule des grands samedi, c’était tout.

 

J’ai cependant remarqué à certains endroit, l’érection de tours électroniques placées autour de stand encore vide portant des banderoles de diverses associations (au hasard dans ma mémoire : restos du cœur, action contre la faim, secours populaire, et stations de radio).

 

Mais nulle estrade couronnée de micros…

 

Après deux bonnes heures de déambulation, je me suis résignée à rentrer chez nous, mes gamins hurlants dans la poussette, pas du tout apaisés ni ravis de musique.

 

O, miracle!

 

Dans ma dernière ligne droite, deux saxophonistes et un batteur faisait onduler un groupe de badaud, auquel je nous joignis. Il était 18h30. La fête de la musique n’est pas pour les petits enfants qui se couchent tôt…

 

Il a bien fallu rentrer, donner les bains et biberons du soir, et nous préparer à subir les remugles de cette fête imposée.

 

L’an passé, un groupe avait chanté quelques heures sur une place proche de notre appartement, et sans que son répertoire se trouvât à notre goût, il dénotait au moins l’effort de la participation et un certain travail préliminaire.

 

Pour cette fois, nous fûmes moins gâté : nos voisins d’en face (de l’autre côté du quai), fenêtres grandes ouvertes, avaient décidé de tester les limites de leurs amplificateurs, et ont passé quelques CD ahurissants pendant de longues heures.

 

Faire de la musique, ou faire le plus de bruit possible?

 

Dans fête, je voyais quelque chose de convivial, dans musique, un soupçon de travail personnel, pas simplement un concours de mini chaîne.

 

Tout le monde peut se tromper.

(en direct de mon appareillage d’homme-orchestre, Cleya.tx)

 


Répondre

Le blog du 1er régiment d'a... |
L'islam social |
SAUVONS NOS ECOLES ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | En construction
| LA SCALA RETROUVEE
| La légende de Fecinu